Maria Rita Stumpf. Une voix en solo pendant la moitié du morceau, puis l’arrivée magique des percussions. Etrangement ce morceau m’a rappelé la diva du Pérou Noir, la grande Virginia Rodrigues

PartagezShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterEmail this to someone